L’instant 17

Disponible dans les alentours de Cannes, cette photographe lumineuse, poétique et pétillante pratique la photographie lifestyle. Elle capte des moments de vie, ceux qui sont magiques, inoubliables et remplis d’émotions ! Rencontre avec Audrey qui a décidé d’entreprendre sa vie, et de suivre sa passion en créant l’instant 17… 

Pour ce 1er hors série, je vais me permettre de faire une toute petite apparition par ici pour expliquer ce projet. J’ai rencontré Audrey via Instragram,  j’ai été émerveillée par sa gentillesse dès notre 1 er contact téléphonique. Nous avons donc pensé réaliser un article à 4 mains. Je m’explique, vous trouverez juste après des photos de moi prises par Audrey ainsi que mon interview comme d’habitude. J’espère que ça vous plaira autant que j’ai aimé élaboré ce hors série. Je vous laisse découvrir… 

Dis nous tout sur toi ! 

Quand j’étais enfant, j’avais tellement peu confiance en moi que je n’arrivais pas à m’imaginer adulte. Selon moi, tout métier m’était impossible.
En seconde, j’ai subi un harcèlement scolaire. Du coup, mes parents ont décidé de me mettre en pension au cours Maintenon à Hyères. Et je ne les remercierai jamais assez d’avoir pris cette décision. J’ai obtenu un BEP vente action marchande. J’ai continué par un BAC pro commerce que j’ai quitté puisqu’une autre école privée (Marie France à Toulon) m’a acceptée pour faire une 1 ère et une terminale STT. Par la suite, j’ai voulu faire de l’infographisme mais impossible d’intégrer cette voie. Finalement, j’ai été diplômée d’un BTS assistante de direction. Dans la suite logique, j’ai travaillé 18 ans dans ce secteur professionnel. 

Quelle place avait la photographie durant ton enfance ? 

A 7 ans, j’ai eu mon premier appareil photo et j’en étais très heureuse… Il était magnifique, je m’en rappelle comme si c’était aujourd’hui. Par ailleurs, j’étais la copine qui prenait tout le monde en photo, tout le temps. 
Adolescente, pour faire plaisir à mes amis, je leur faisais des montages photos.
Je pense que la photographie m’a toujours accompagnée. Sans que je m’en rende compte, elle a été le fil conducteur de toute ma vie. Seulement pour moi, être photographe c’était « pour les grands », « pour les artistes » mais pas pour moi. Je suis restée dans ce déni très longtemps. 

Je me suis acheté mon premier bel appareil photo argentique avec mon deuxième salaire pour la petite anecdote. 

Qu’est ce qui t’a poussée à croire en toi et lancer ton propre projet ? 

Une photographe de renom, Mathilde Magne, m’a dit en regardant mes photos d’un mariage:  » Mais en fait, tu as l’oeil !  » Pourtant, ça avait été très difficile pour moi de lui montrer mon travail d’amateur… Ca a été comme une révélation, le premier pas pour me sentir légitime dans ce milieu concurrentiel.

Comment as tu débuté ? 

Mon entourage me demandait régulièrement de venir faire des photos de leurs événements. Mais malgré cela, je ne me considérais pas encore légitime pour me lancer. 

J’ai ensuite fait la connaissance de Xavier Navarro qui propose des formations pour les photographes. Par ce biais, en 2016, j’ai suivi Marie-Astrid Agasse qui m’a permis de travailler ma confiance en moi et de croire en mes capacités. 

Suite à tout ce cheminement, je me suis mise en auto-entrepreneur. J’ai commencé par faire des partenariats avec des jeunes femmes. Je leur faisais une séance photo en échange de pouvoir disposer des photos. Ainsi, j’ai commencé à me faire connaitre à davantage de personnes, notamment en utilisant les réseaux sociaux.

Comment on gère avec son premier client ? 

Heureusement, les formations avec Xavier Navarro m’avaient appris à m’estimer et à me vendre de la bonne manière. Mais, je me souviens que j’avais un peur bleue, j’en tremblais. Au final, ça c’est très bien passé ! Et j’ai eu les fameux « waow » que j’aime tellement lors de la remise des clichés. 

As tu été confrontée à des personnes déçues ? 

Grosse remise en question et on y va ! Je demande « D’après vous, qu’est ce qui ne va pas ? » 
Par exemple, une personne avait des images en tête vues dans des revues publicitaires. Elle les avait projetées sur sa propre séance. Sa déception a été atténuée lorsqu’elle a compris que ce n’était pas des poses naturelles… et elle a fini par me redemander l’année suivante pour son bébé ! 

La technique de la photo, comment ca s’apprend ? 

Lorsque j’ai reçu mon premier réflexe, j’avais envie de tout savoir à son sujet. J’ai lu l’intégralité de la notice, et du bouquin explicatif remis par la marque à l’achat. Maintenant, chaque fois que je veux une photo bien spécifique, je vais chercher des formations sur internet. 

 Je travaille tout le temps la technique bien qu’avec la pratique j’ai acquis des réflexes. Par exemple, tout à l’heure lorsque nous avons fait la séance photo, il y avait beaucoup de lumière. Tout de suite, j’ai fait les réglages et j’ai modifié la vitesse d’obturation. 

Quelle est ta manière d’aborder les shooting ?

Avant la séance, je pose certaines questions pour mieux connaitre la personne et surtout pour mettre à l’aise durant la séance.
Pendant le shooting, j’essaie de photographier des instants de vie, de complicité, de joie. Je cherche à faire rire spontanément. Je reste à l’écoute.
Puis, une fois la rencontre terminée, je mets tout de suite les photos en sécurité. A la suite de ça, j’attends 2 jours pour commencer le post-traitement. Pour terminer, j’envoie les photos par internet en galerie privée. 

Quand il s’agit de mariage, il y a 2 RDV avant le jour J. Le premier pour cerner l’avancement de l’organisation, le second permet d’affiner les demandes pour ne pas oublier de photographier des détails essentiels aux yeux des mariés. Par exemple, pour un couple très gourmand, je vais prendre en détails les gâteaux, les dragées, les plats… 

3 adjectifs qui décrivent ta façon de travailler ? 

Bienveillance, passion et écoute.

As tu un échec préféré ? 

J’ai eu un souci de santé qui m’a fait réaliser que je ne devais plus vivre ma vie en dilettante ! 

Es tu capable de renoncer à des demandes si ça ne correspond pas à ton travail  ?

Depuis peu c’est plus facile pour moi de refuser ce que je n’ai pas envie de faire, ou que je ne peux pas réaliser. J’ai fait un travail sur moi, avec l’aide d’Elodie Tadon qui est kinésiologue. 
Par ex, un couple m’a demandé pour des fiançailles. Ils voulaient des photos de style moody alors que je travaille plutôt avec la lumière. Suite à notre rencontre, je leur ai expliqué qu’ils ne s’étaient pas adressés à la bonne personne et je les ai renvoyés vers trois collègues de confiance.


As tu une habitude insolite ? 

Tous les jours, ma fille me donne un petit objet que je garde sur moi. 

Comment bien choisir son photographe ? 

Il faut s’émouvoir des photos prises par cette personne ! Selon moi, il vaut mieux avoir 5 photos qui t’émeuvent à t’en donner des frissons plutôt que 300 photos sans émotion. 

Le meilleur conseil à donner à un(e) jeune qui voudrait se lancer dans la photo ? 

Ne pas voir la concurrence, ne pas regarder ce que font les autres parce qu’on est influencé !
Gardez votre propre style. 

Quels conseils donnerais-tu à un(e) étudiant(e) motivé(e) qui s’apprêterait à entrer dans la vie ?

Regarde les opportunités que la vie t’offre, et saisis les ! 

Ton mantra ! 

vous ne perdez jamais, soit vous gagnez, soit vous apprenez ! 

Seul on va vite, ensemble on va plus loin. 

Ton projet perso qui t’enthousiasme dans l’année à venir ? 

Apprendre l’anglais. Selon moi les meilleurs photographes sont aux état-Unis et j’aimerais les comprendre. 

Dans 3 ans, professionnellement tu te vois comment ? 

Je sais déjà pas où je serais demain, c’est loin ! (rires) J’aimerais être à une tablée avec tous les photographes que j’admire le plus. 

Ta vision du succès ? 

Être soi même. 

Merci à Audrey d’avoir accepté de me rejoindre au cap d’Antibes pour réaliser ce reportage photo & surtout d’avoir pris le temps de se poser sur cette petite plage pour se livrer à moi ! J’ai adoré notre discussion à travers laquelle j’ai entraperçu son travail sur elle-même pour améliorer sa confiance en elle. J’espère que ça vous aura plu et que vous aurez envie d’aller à sa rencontre à votre tour !

L’instant 17
Site internet
Instagram
Facebook 

Si l’article vous a plu, ce qui m’aide vraiment c’est de le faire vivre en le partageant sur les réseaux sociaux,
et si possible d’en parler autour de vous. Merci d’être présent et toujours plus nombreux.
A jeudi prochain,
Samantha

 

Envie de papoter ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Ouf! Ca fait un Bien fou de lire Des eCrits qui respirent le bien -etre et la serenite! C’Est beau…
    Tres jolies photos
    Bravo Sam
    Grosse bise
    Bea