Mon atelier Zen

A Villeneuve-loubet, dans un cowork space, vous pouvez retrouver Mon atelier Zen. Il s’agit d’un espace de soins et de massages personnalisés. Dans un cadre intimiste où l’on prend son temps, Cecile est à l’initiative de cet institut… 

Dis nous tout sur toi ! 

Enfant, je ne m’envisageais pas adulte. Je crois que  je suis très ancrée dans le présent. Je jouais beaucoup aux poupées, je m’inventais des histoires pendant des heures. 

Au collège, j’étais plutôt bonne élève. J’ai su relativement tôt que je souhaitais être esthéticienne. Ma mère m’avait déjà emmenée plusieurs fois dans des centres, et j’adorais ça. En 3ème, j’ai fait mon stage dans un salon d’esthétique et ça a confirmé ma vocation. Ce qui m’attirait, c’était de réaliser les soins du corps dans un centre thalasso. 

J’ai donc rejoint un CAP esthétique, puis un BP esthétique/cosmétique en alternance. Je me suis spécialisée dans les soins du corps. Je m’épanouissais lorsque mes clientes repartaient apaisées et satisfaites, et surtout je me sens sereine lorsque je masse.

Comment as tu débuté dans la vie professionnelle ? 

J’ai travaillé plusieurs années dans ce SPA à Paris sur les champs Elysées. L’établissement s’est par la suite délocalisé à Saint-Paul-de-Vence. A ce moment là, j’étais en couple, je n’ai pas souhaité suivre le projet. 
J’ai continué sur des postes similaires dans d’autres SPA dans des quartiers sympas comme le bon marché.

Il y a dix ans, mon ancien patron m’a à nouveau sollicité pour les rejoindre sur la Côte d’Azur. J’ai accepté. En quelques jours, j’ai quitté Paris pour commencer une nouvelle vie dans une région que je ne connaissais pas du tout. 

Malheureusement, il y a quelques mois, le SPA a fermé puisque l’hôtel dans lequel était nos locaux a fait faillite. Du jour au lendemain, j’ai perdu mon travail.

 

Quel a été ton impression sur la région lorsque tu es venue y vivre ?

Ca m’a plu parce que j’avais l’impression de travailler dans un lieu de vacance. Lorsque je sortais du travail, il faisait beau, j’entendais les cigales et en 5 min top chrono j’étais chez moi. Un vrai luxe au quotidien.
Par contre, j’ai rencontré des difficultés pour nouer des amitiés avec les locaux. Je me sentais toujours en décalage. Depuis, j’ai mon groupe de personnes proches. Je suis suffisamment sociable et je m’adapte très bien aux changements.
 Actuellement, je rencontre d’autres problématiques comme le prix des biens immobiliers à l’achat… 

Comment est né Mon atelier Zen ? 

A Saint-Paul, je faisais les formations aux nouvelles employées. Lorsque j’ai perdu mon emploi, je me suis donc renseignée pour obtenir des équivalences afin d’enseigner en CAP. J’avais même pensé à me reconvertir en naturopathie. Par contre, je n’avais jamais envisagé d’ouvrir mon propre institut. 

Lors d’un Rendez-vous Pôle emploi, j’ai appris que je n’aurais pas les aides attendues. Mon patron n’avait pas fait les bonnes démarches administratives pour que je puisse bénéficier du chômage.  

Quinze jours plus tard, en janvier 2018, le patron de Cool Work m’a proposé un local refait parfaitement dans l’espace de coworking. Il souhaitait apporter des services aux personnes qui travaillent sur place: un espace de bien être avec du yoga, une esthéticienne… Et par chance, j’avais pu récupérer tout le matériel que j’utilisais dans mon ancien job. Je me suis dit qu’il y avait trop de signes, je me suis lancée.

Comment tu définis l’institut « Mon atelier zen »? 

Je m’occupe des gens en utilisant des produits efficaces qui respectent leur peau avant tout. J’aime être à l’écoute des besoins ainsi que personnaliser et adapter le soin selon chaque client(e)s. Cela qui me permet de ne pas me lasser puisque je fais un soin différent à chaque fois. Le petit plus est de faire voyager avec des odeurs, musiques et/ou techniques. Je mets également un point d’honneur à prendre mon temps pour ne pas bâcler mes rendez-vous. 

Alors, comment on fait pour se lancer ? 

J’ai réfléchi à ce que j’avais envie de proposer. Je me suis positionnée sur des produits plutôt naturels, fait par mes soins. J’ai eu beaucoup de formations à propos des massages du monde, donc je me sentais légitime à proposer ce type de soins pour le corps. 

Par ailleurs, d’être dans cet espace de coworking m’a énormément aidée pour gérer la partie gestion et administrative. En effet, tous les métiers se côtoient au quotidien dans cet espace, cela m’a permis d’avoir énormément d’aide et de conseils. 

Comment tu t’es évaluée ? 

J’ai essayé de regarder les prix qui se faisaient autour et je me suis alignée dessus. 
Lors de ma formation à la chambre des métiers, j’ai été accompagnée pour apprendre à calculer mon tarif.

Qui est ta clientèle ?  

La plupart de mes clients sont des personnes qui travaillent sur place. Il y’a également AMADEUS un petit peu plus haut donc j’essaie de me faire connaitre parce que ce serait une super clientèle…  Depuis peu, ça se développe grâce aux réseaux sociaux et au bouche à oreille. 

Ta journée type ! 

Quoi qu’il arrive, je viens au local pour être présente si des clients viennent sans RDV. Entre les soins, je jongle avec ma compta, faire ma communication (réseaux sociaux, partenariats et offres à proposer), être à jour dans mes commandes et mes fichiers clients. Ca donne des journées bien remplies. 

Sur les cinq dernières années, quel nouveau comportement a le plus amélioré ta vie ?

J’ai adopté une meilleure hygiène alimentaire sachant que je suis extrêmement gourmande. J’ai suivi une formation l’année dernière en nutrition santé pour être plus instruite à ce sujet complexe et vaste. Depuis quelques temps, je fais plus attention à ma consommation de produits cosmétiques et  d’entretiens pour aller plus loin dans ma démarche. 

De quelle façon un échec, ou un échec apparent, a préparé pour toi le terrain d’un succès ultérieur ?

Je prends les événements comme ils viennent avec beaucoup d’optimisme. J’essaie toujours de transformer les épreuves de ma vie en opportunité. Par exemple, lorsque j’ai perdu mon dernier emploi, ça m’a donné le coup de pied aux fesses dont j’avais besoin pour me lancer. 

As tu peur que ton projet échoue ? 

J’avais très peur ! Maintenant, je me dis que si ça ne fonctionne pas, j’irais trouver un autre emploi. Finalement, je prends pas beaucoup de risques. 

Quand tu te sens déconcentrée ou que tu perds de vue temporairement tes priorités, que fais tu ?

je peux être assez dispersée, et je doute facilement… J’ai deux amies, une ici et l’autre à Paris, qui me rassurent, m’encouragent, m’aident lors de mes prises de décision. On s’écrit un texto, on s’appelle, ou on dejeune ensemble, et c’est reparti!

Quel achat de moins de 100€ a eu l’impact le plus positif sur ta vie dans les 6 derniers mois ?

Un vélo sur Le bon coin. Je vais m’en servir pour venir au travail ou pour aller dans le centre de Cagnes !

Que dirais tu à la Cecile de 15 ans ? 

Travailles ta confiance en toi. 

Quels conseils donnerais-tu à un(e) étudiant(e) motivé(e) qui s’apprêterait à entrer dans la vie ?

J’aimerais faire passer un message à tous les jeunes qui sont manuels, et/ou passionnés, n’écoutez pas les personnes qui essayeront de vous dissuader de suivre votre rêve. On passe beaucoup de temps au travail, c’est vraiment important de s’y épanouir, et de s’y sentir bien. 

Ton mantra ! 

Rêves et fonces ! 

Quel est ton projet personnel qui t’enthousiasme dans l’année à venir ? 

Le concert de U2 à Paris, et partir en escapade le plus souvent possible !  

Quelles sont tes ambitions pour ton projet à long terme ?

J’aimerais bien developper le concept de l’institut de bien-être dans les espaces de coworking.
Pourquoi pas imaginer un réseau de franchise ? 

Quelle est ta vision du succès ?

Selon moi c’est de trouver l’équilibre idéal entre sa vie pro et sa vie perso. 

 Merci à Cecile d’avoir pris le temps de répondre à toutes mes questions ! J’ai adoré son lieu de travail, vivant et joliment décoré. je voulais également la remercier de m’avoir offert un soin dont j’avais grandement besoin. J’espère que ça vous aura plu de découvrir ce nouveau concept et que vous aurez envie d’aller à sa rencontre à votre tour ! 

Et cette semaine, je dois également remercier le photographe, Agathe Duffaut,  qui me permet d’utiliser ses sublimes photos !

 

 

 

 

 

 

 

Mon atelier Zen 
06 69 57 19 74
287 avenue Bel Air, Coolwork, 06270 Villeneuve Loubet
Instagram 
Facebook 

Si l’article vous a plu, ce qui m’aide vraiment c’est de le faire vivre en le partageant sur les réseaux sociaux, 
et si possible d’en parler autour de vous. Merci d’être présent et toujours plus nombreux. 
A jeudi prochain,
Samantha

Envie de papoter ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Il y a quelques temps j’ai rencontré Samantha du Le sud de Sam. Une jeune femme forte, qui a toujours 1001 idées en tête, pétillante et très à l’écoute…

    Elle a cette qualité de poser de bonnes questions qui m’ont permises de vraiment faire le point sur moi, mon parcours, ma façon d’appréhender les choses, vers quoi j’aspire!

    Un grand MERCI à toi 😁😊🙏.